0 0
Read Time:2 Minute, 31 Second

Le jeu de ping pong entre l’Inspecteur chef de service de l’Inspection général de finances (IGF), Jules Alingete et le Premier ministre honoraire, Augustin Matata Ponyo est loin de connaître son épilogue. Si le premier pointe l’autre comme auteur intellectuel de la dilapidation de 80 millions de dollars américains destinés à la mise en œuvre du projet agro-industriel de Bukanga Lonzo, le second lui qualifie l’IGF de partiale, roulant pour un camp politique bien connu.

Au cours d’une sortie médiatique le mardi 11 mai 2021, Jules Alingete accuse le sénateur Matata Ponyo de s’arranger pour faire échec au processus visant à lever ses immunités parlementaires.

« Nous comprenons  que les gens sont rentrés, précipitamment, non pas pour répondre à la justice mais pour mettre des bâtons dans les roues du processus en cours, pour que leurs immunités ne soient pas levées », a déclaré Jules Alingete.

Par la même occasion, l’inspecteur chef de service demande aux personnes citées dans le détournement de fonds publics dont Matata Ponyo, de se calmer et d’attendre le début du procès qui intervient d’un moment à l’autre.

« Nous conseillons aux présumés detourneurs, pointés du doigt, de garder leur calme. Il y en a au moins quatre ou cinq personnes qui sont citées dans cette affaire. Mais, une seule s’agite avec des conférences de presse, des mobilisations des jeunes, des organisations tribales par-ci, par-là. On ne peut pas se permettre, tout en étant à l’étranger, de qualifier la justice de son pays de politiquement instrumentalisée et jeter ainsi l’opprobre sur un service comme l’IGF, qui regorge en son sein des personnes de haute qualité », a t il ajouté.

Si le procureur général près la Cour constitutionnelle a trouvé intéressant de déclencher des poursuites, a-t-il  poursuivi, ça signifie qu’il a trouvé dans le rapport, des éléments compromettants. L’inspecteur chef de service de l’IGF pense qu’au stade actuel, parquet a certainement enrichi, ce rapport.

Bien avant l’Inspection des Finances (IGF), enchaine Jules Alingete, il y a eu d’autres cabinets d’audit qui ont produit des rapports qui donneraient pratiquement la même conclusion.

« Il y a 3 ans, les congolais ont caricaturé : on a semé les maïs pour récolter une université. Je n’étais pas Inspecteur général, Chef de service », fait-il remarquer.

Jules Alingete pense qu’à ce stade, tant qu’il n’y aura pas de procès dans cette affaire, l’on n’arrêtera pas la polémique sur la débâcle de Bukanga Lonzo. Dans l’intérêt de la vérité, croit l’IGF, les gens doivent arrêter d’entraver le processus judiciaire.

Pour Matata Ponyo, il s’agit là d’un acharnement politique initié par un groupe de politiques bien connu pour l’étouffer. Ne s’avouant pas vaincu, Matata Ponyo à travers plusieurs sorties médiatiques, se dit serein et croit qu’il sera innocenté à l’issue du procès, si procès il y a.

congo-press.com (MCP) / Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments