0 0
Read Time:3 Minute, 39 Second

Les Léopards de la RDC ont vu leur chance de participer à la Can 2021 s’envolaient hier soir sur le ciel de Franceville. Battus par trois buts contre rien, les Leopards de Christian N’sengi Biembe regagnent la tanière la queue entre les pattes. Après ce match qui a plongé toute la nation dans l’émoi, une réflexion sérieuse s’impose concernant la personne qui préside aux commandes des Léopards seniors de la RDC, à savoir le directeur technique national (DTN), Christian N’sengi Biembe Sese Seko.

Un bilan très mitigé

Le match perdu face aux Panthères du Gabon à Franceville n’est que l’aboutissement du chemin si l’on regarde vers la direction prise par les Léopards depuis l’avènement de Christian N’sengi Biembe. En effet sous son ère, les performances des Congolais ont dégringolé et la sélection congolaise est passée de mal en pis.
En 9 matches joués, l’équipe de Christian N’sengi Biembe n’a connu qu’une seule victoire. Pour le reste, c’est  5 matches nuls et 3 défaites (Algerie 1-1 RDC, RDC 1-3 Côte d’Ivoire, RDC 0-0 Gabon, Gambie 2-2 RDC, Burkina Faso 3-0 RDC, Maroc 1-1 RDC, RDC 0-0 Angola, Angola 0-1 RDC, Gabon 3-0 RDC).
À ceci s’ajoute le fait que les Léopards ont plus concédé des buts qu’ils en ont marqué ( 6 buts marqués contre 13 buts concédés)

Christian N’Sengi Biembe, dépassé par les évènements ?

Pointé du doigt comme l’artisan principal de l’échec de la RDC, le sélectionneur principal des Léopards, Christian N’sengi Biembe ne serait pas aidé par ses adjoints, à en croire les propos de certains analystes du football congolais. À suivre de près ces analystes, les principaux adjoints du DTN ne font pas grand-chose. Ils citent en exemple, le cas de Christopher Oualembo qui se consacre corps et âme à son travail d’analyste de Canal+ qu’aux Léopards de la RDC laissant ainsi le titulaire faire tout seul le boulot. Et quand on sait qu’il est aussi DTN, on peut facilement comprendre qu’il soit dépassé par les évènements. Ceci peut donc expliquer cela.
Mais une question mérite d’être posée dans ce cas précis, est-ce la troupe qui est mauvaise  ou c’est le chef qui en commande ?
La réponse nous est donnée par le vieux dicton très puisé par les militaires du monde.

Prendre des mesures qui s’imposent

Après l’humiliation subie par Léopards sur la terre natale de Pierre E. Aubameyang, plusieurs analystes du ballon rond élèvent leurs voix en exigeant une sérieuse restructuration au sein du staff technique de l’équipe nationale. En effet, maintenant que Christian N’Sengi Biembe a ouvertement échoué et que l’unique objectif lui assigné en mission n’est pas atteint, la FECOFA doit prendre ses responsabilités pour le limoger comme sélectionneur principal et faire appel, enfin à un technicien digne de prendre les commandes de cette grande sélection de la RDC.
Mettre l’homme qu’il faut en lieu et place de faire dans l’essentiel est plus qu’une simple recommandation mais une obligation que la FECOFA devra s’acquitter. Car après tout, il en va de l’honneur de tout le pays, au-delà de celui de la simple association qu’est la FECOFA.

Quid de la Direction technique de la FECOFA ?

Aujourd’hui le football congolais se retrouve face à un dilemme : Quel sort doit-on réserver à Christian N’sengi Biembe Sese Seko au sein de la FECOFA maintenant qu’il a ouvertement échoué en tant que sélectionneur principal.
Devrait-il garder son poste du Directeur technique national ? Celui-là même qui est censé montrer la voie aux sélectionneurs des équipes nationales de la RDC, toute tendance confondue ?
Si la FECOFA maintenait Christian N’sengi Biembe sur son fauteuil, comment va-t-elle justifier cette décision ?
La seule question que le commun des mortels se pose est de savoir comment l’homme qui a échoué à appliquer les directives de la direction technique va procéder pour pousser les autres à la réussite ? ou encore quel est ce technicien sérieux en quête de réussite peut accepter de suivre les directives de celui qui a lamentablement échoué ?
En conclusion, si la FECOFA est sérieuse et responsable, elle ferait mieux de regarder la réalité en face enfin de procéder à de profonds changements. Et ces changements passent obligatoirement par la réforme de sa direction technique nationale sinon, les mêmes causes continueront toujours à produire les mêmes effets.

Par Armando Mananasi
Le Télégramme du Congo (LTC)

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments