0 0
Read Time:2 Minute, 21 Second

Au cours de sa conférence de presse tenue à Kinshasa ce jeudi 11 février 2021, le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2018, l’Opposant Martin Fayulu a déclaré sans rire que c’est le président rwandais, Paul Kagame qui dirige la République Démocratique du Congo via le Président Félix Tshisekedi comme il faisait avec son prédecesseur Joseph Kabila.
Cette sortie médiatique de Martin Fayulu a choqué plus d’un Congolais.
Pour le Coordonnateur de l’Association des Victimes des Guerres de Kisangani (ASVGK) :” Si Martin Fayulu veut encore avoir des voix à l’Est du pays aux élections de 2023, il doit cesser à tout prix de faire la publicité gratuite du génocidaire Paul Kagame. L’homme qui a tué à lui seul plus de 10 millions des Congolais. Dire que c’est le Président Rwandais qui dirige notre pays, c’est insulter les Congolais et cracher sur la mémoire des innocents que le régime sanguinaire de Paul Kagame a massacré”.
Elections de 2023 : Martin Fayulu dit non au glissement !

Martin Fayulu s’oppose à toute tentative visant à repousser les élections de 2023. 
Le Coordonnateur de Lamuka insiste sur le respect du délai constitutionnel et se dit prêt à mourir pour que les scrutins aient lieu.
Selon lui, Félix Tshisekedi et Joseph Kabila font semblant de rompre leur deal et savent très bien qu’il va une fois de plus remporter les élections. Voilà pourquoi ils multiplient des stratégies pour retarder la tenue des élections.
Et d’ajouter : “ma résistance consiste en la reconquête de la souveraineté du peuple congolais, mais aussi de dénoncer le deal entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila”.

Martin Fayulu reste catégorique. « Il n’y a jamais eu rupture entre Kabila et Tshisekedi », ce qu’il y a eu, c’est la fin du deal signé entre Jean-Marc Kabund et Néhémie Mwilanya en mars 2019 mais le deal signé à Kingakati entre Kabila et Tshisekedi sous le parrainage de certains chefs d’État n’est pas rompu.

Les élections de 2023 profilent déjà à l’horizon. Pour Martin Fayulu, ces scrutins doivent être précédés par des réformes en dehors des institutions qui sont, selon lui, illégitimes et monocolores.

Ces réformes, dit-il, doivent être consensuelles pour éviter que « Joseph Kabila et Félix Tshisekedi édictent leur volonté.

Martin Fayulu est revenu sur la situation au sein de la coalition Lamuka après l’adhésion de Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi à l’Union sacrée de Félix Tshisekedi.

Pour Martin Fayulu, c’est le peuple qui est propriétaire de Lamuka, ceux qui veulent partir, sont libres car, d’autres viendront y adhérer.

Par ailleurs, Martin Fayulu affirme ne pas appartenir à l’opposition parce qu’il avait gagné l’élection présidentielle de 2018, a-t-il dit ce jeudi 11 février devant la presse à Kinshasa.

Par Joseph Lounda

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments