0 0
Read Time:2 Minute, 45 Second

« De Conakry où je me trouve au service de l’Afrique, j’ai décidé d’écourter mon séjour de travail et de rentrer à Kinshasa pour faire face à une justice politiquement instrumentalisée. Je suis fier d’avoir servi mon pays dans la transparence et crois en la force de la vérité ».

C’est par ce tweet que l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo a réagi à la demande de la justice de lever ses immunités.   Il est en Guinée Conakry parce que son cabinet d’études ‘’Congo Challenge’’ a signé un contrat à la demande du Président guinéen pour appuyer ce pays dans le cadre de son programme d’émergence économique. Et à ce titre-là, il est appelé à œuvrer auprès du gouvernement guinéen pendant au moins deux semaines par mois pour travailler avec son équipe.

En effet, une demande de la levée d’immunité du sénateur Matata Ponyo, a été adressée au Sénat pour l’affaire Bukanga Lonzo.

L’Inspection générale des Finances (IGF) relève plusieurs griefs à charge d’Augustin MatataPonyo, désigné comme « l’auteur intellectuel de la débâcle de ce parc ». Et cela à travers la conception, la planification et les engagements pour paiement de plus de 83% des fonds décaissés directement au profit des comptes du partenaire sud-africain et de ses filiales logées en Afrique du Sud, ainsi qu’au profit de la société MIC Industries.

Un rejet total

L’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo a affirmé le 12 février de cette année qu’il se réservait le droit de porter plainte contre l’Inspecteur général des finances (IGF) pour diffamation et fausse information.

« Je n’ai détourné aucun dollar du projet Bukanga Lonzo, toutes les conclusions de l’IGF sont politiques et n’ont rien à voir avec la réalité sur terrain. Je me réserve le droit de porter plainte contre l’igf pour diffamation », avait indiqué Matata Ponyo devant la presse à Kinshasa.

Pour le sénateur Matata Ponyo, toutes les conclusions contenues dans le rapport de l’Inspecteur général des finances sur le projet du parc agro industriel de Bukanga Lonzo sont politiques et déconnectées de la réalité sur terrain.

Selon lui, la gestion technique et financière de Bukanga Lonzo était assurée par la société Africom qui avait signé le contrat de gestion avec l’état congolais à travers les ministères des Finances, industrie, portefeuille et de l’agriculture.

Le Premier ministre n’avait rien à voir avec la gestion du projet :

« La débâcle du projet est arrivée avec l’arrêt du financement après mon départ. Beaucoup de mes compères de la majorité alors que j’étais Premier ministre n’ont pas voulu de moi entant que tel. Ils ont monté des histoires autour du projet Bukanga Lonzo comme quoi il était mal conçu, il n’était pas bien géré. J’ai demandé qu’un audit soit mené, car je reconnais n’être ni de près ou de loin impliqué dans la mauvaise gouvernance de ce projet ».

Selon l’IGF, le trésor public avait décaissé 285 millions USD. Seuls 80 millions avaient été réellement investis. Aussi l’IGF accuse-t-il le gouvernement de Matata Ponyo de mauvaise conception et de recruter un partenaire non expérimenté en matière agricole et un marché conclu de gré à gré.

Radio Okapi / Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments