0 0
Read Time:1 Minute, 27 Second

Bien que mort, l’assassinat de M’zee Laurent-Désiré Kabila, le 16 janvier 2001, a causé plusieurs victimes collatérales. C’est le cas du Colonel Eddy Kapend, ancien aide du camp du feu président de la Rd Congo qui a passé près de 20 ans en prison.
Autre temps, autre moeurs dit-on, l’accession de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême est porte-bonheur à d’autres personnalités socio-politiques qui avaient totalement perdus espoir durant le régime Kabila.
Désormais, le Colonnel Eddy Kapend est libre, il a bénificié de la grâce présidentielle au terme d’une ordonnance signée le 31 décembre 2020 par le Président Félix Tshisekedi.
Pour rappel, au mois de janvier 2003, la Cour d’ordre militaire avait condamné à la peine de mort plus d’une dizaine d’accusés pour le meurtre de l’ancien président Laurent Désiré Kabila. Parmi eux, 11 ont trouvé la mort pendant leur détention.
Durant des années plusieurs organisations de défense des droits de l’homme reclamaient la libération du colonel Eddy Kapend.
Dans son ordonnance du 31 décembre 2020, Félix Tshisekedi a également gracié d’autres prisonniers.
Certains détenus ont bénéficié de la réduction de leur peine de cinq ans, d’autres de la commutation de la peine de mort à la peine de servitude pénale à perpétuité. Et enfin, des cas de servitude pénale à perpétuité ont été ramenés à une condamnation de 20 ans.

Le Dircab du Chef de l’Etat Vital Kamerhe, condamné en juin dernier pour corruption n’a pas bénéficié de cette grâce collective qui ne concernent pas des cas des condamnés fugitifs, de crimes contre l’humanité et la paix, ou encore les violences sexuelles, la corruption, la concussion et l’atteinte à la sûreté de l’Etat, renseigne l’ordonnance.
Par Joseph Lounda

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments