0 0
Read Time:4 Minute, 1 Second

L’ancien ministre de la Santé et cadre de l’UDPS, le Docteur Eteni Longondo etait l’invité de ce mardi 10 août 2021 de notre confrère JR Lungembo de la Radio Okapi.

Les attaques perpétrées contre l’Eglise Catholique et la résidence du Cardinal Ambongo, le choix du Président de la CENI et le recul de l’unité nationale étaient au centre de leur entretien. 

Réagissant à la déclaration de la CENCO, Eteni Longondo affirme que son parti n’est ni de près, ni de loin associé aux attaques perpétrées contre l’Eglise catholique. 

Nous reprenons ci-dessous le grand moment de cet entretien.

Radio Okapi : Comment réagissez-vous à la déclaration du 02 août de la CENCO qui attribue l’attaque du centre Lindonge et de la résidence du Cardinal Fridolin Ambongo à l’UDPS ?

Eteni Longondo : Je voudrais dire à la CENCO que l’UDPS n’est ni de près, ni de loin associée à ces attaques-là. L’UDPS était le premier parti politique qui avait demandé à l’autorité d’ouvrir les enquêtes pour que les auteurs de ces actes de vandalisme soient traduit en justice. Et nous voulons que la justice soit faite.
J’ai personnellement regardé la vidéo et j’ai vu un groupe de 20 ou 25 personnes. En tant que cadre de l’UDPS, je connais la plupart des combattants (les motocyclistes, les parlementaires debout, la force du progrès…) mais je n’ai vu aucun visage parmi ceux-là.
Donc, il ne faudra pas qu’on puisse confondre ces gens qui ont commis ces actes odieux à la résidence du Cardinal Fridolin Ambongo, qui est d’ailleurs un patrimoine national, qui n’a plus de tribu et qui est le Chef de tous les Catholiques Congolais, à qui nous avons un grand respect à des combattants de l’UDPS. Nous ne pouvons pas dire que ce sont les membres de l’UDPS qui ont perpétrés ces attaques. Nous attendons plutôt les conclusions des enquêtes de la justice, de la police ou des autorités.

Radio Okapi : Vous avez tenu un point de presse la semaine dernière pour condamner ces actes de vandalisme. Quelle a été réellement votre motivation ?

Eteni Longondo : Ma motivation en tant que d’abord Congolais et surtout en tant que ressortissant du Grand Equateur, j’avais entendu que mes frères de l’Equateur tenaient des propos divisionnistes et tribaux, je me suis dit qu’il faut que je recadre mes frères. Ma province d’origine, l’Equateur a toujours prônée l’unité nationale. En l’occurence le Maréchal Mobutu, un digne fils de l’Equateur, alors qu’il était Président de la République, il a passé l’essentiel de son temps à lutter pour l’unité nationale. Nous ne pouvons pas  aujourd’hui perdre cet héritage que nous avons chèrement acquis.

Radio Okapi : Peut-on dire que l’unité nationale que vous venez d’évoquer, chèrement acquis depuis la colonisation est en train d’être mise en mal?

Eteni Longondo : Pour être sincère, en lisant les réseaux sociaux et en suivant quelques émissions, je crois que cette unité nationale est en train d’être mise en mal. Mais avec les efforts du Chef de l’Etat nous allons arriver à améliorer nos pensées et à consolider cette unité nationale. Préserver cet acquis et s’occuper des autres problèmes qui rongent la société congolaise.

Radio Okapi : Êtes-vous d’accord avec ceux qui estiment que l’UDPS ne veut pas un autre son de cloche et c’est ce qui serait à la base de ce climat ?

Eteni Longondo : L’UDPS est un parti des démocrates, comment nous ne voulons pas un autre son de cloche? Si vous parlez de la sélection du Président de la CENI, je vous assure que nous ne sommes pas impliqués là-dedans. Ce sont les confessions religieuses, qu’elles s’entendent entre eux pour nous présenter un candidat-président de la CENI. Pour répondre à votre question, l’UDPS prône la démocratie et nous sommes prêts à écouter les uns, les autres. Ensemble, tous les fils de ce pays, nous pouvons arriver à des solutions durables. Et je suis sûr que les confessions religieuses vont s’entendre et nous présenter un candidat-président de la CENI.

Radio Okapi : Donc, selon vous, l’UDPS n’est pas derrière Denis Kadima ? Pour  ne pas le citer !

Eteni Longondo : Non. L’UDPS n’est pas derrière la candidature de Denis Kadima et ce n’est pas l’UDPS qui sélectionne le président de la CENI. Nous ne pouvons pas rentrer vers les années 60, vous avez vu vous-même comment nous avons peiné pendant cinq ans pour avoir cette unité nationale qui est un héritage chèrement acquis. Au-delà de nos clivages, de nos problèmes que nous avons ici au Congo, franchement avec la haine et la division, nous n’allons pas nous développer. J’appelle mes frères Bangala, mes frères Baluba, mes frères Baswahili, mes frères Bakongo d’être tous unis et regardons tous vers la même direction pour développer notre cher et beau pays.
A suivre
Décrypté par Joseph Lounda
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments