0 0
Read Time:2 Minute, 16 Second

Tshikapa est fier de son représentant à l’Assemblée Nationale, l’Honorable Guy Mafuta. Deux rapports se contredisent sur l’évolution de la pollution de la rivière Kasaï.
Après le rapport du ministre de l’Environnement Ève Bazaiba, vient le tour de l’élu de Tshikapa l’honorable Guy Mafuta. De son retour de Tshikapa, sa circonscription électorale pour palper du doigt la réalité  de la pollution de la rivière Kasaï. Guy Mafuta a  procédé par devoir  de redevabilité à une restitution de la situation générale.
D’après la restitution de l’honorable Mafuta , son rapport contredit le rapport pompeusement présenté par les deux ministres du gouvernement a savoir, Patrick Muyaya et Ève Bazaiba, respectivement Ministre de la Communication et ministre de l’Environnement. 

Communication conjointe des Ministre Eve Bazaiba de l’Environement et Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement sur la pollution de la rivière Kasaï


Notez, les membres du gouvernement ont semblé  maîtriser la situation par leur descente au Kasaï avec des contennaires de médicaments.
Un autre son vient de Guy Mafuta qui a relevé dans les moindres détails les diverses conséquences de la pollution de la rivière Kasaï.
Maître Guy Mafuta déplore le manque de prévoyance et de clairvoyance de l’Exécutif national qui a amené des contennaires de médicaments dont jusqu’au moment de sa restitution de la situation lesdits médicaments demeurent encore enfermés dans des contennaires.

Vue de la rivière Kasaï polluée


Et se demande, pourquoi ? Selon Guy Mafuta, la situation est transversale c’est-à-dire au delà des conséquences environnementales, sanitaires voire même économiques. Le gouvernement ne sait pas qui sont les vraies victimes de cette pollution, insiste Maître Guy Mafuta.  
Il  révèle encore  que, certaines  femmes  victimes  des lésions vaginales n’ont aucune prise en charge et sont délaissées à leurs triste sort. 
Ceux qui vivent de la pêche, les riverains ne savent à quel Saint se vouer a martelé l’élu de Tshikapa.
Une autre dimension des conséquences de la pollution de la rivière Kasaï est la résurgence des diverses maladies d’origine hydriques.
Somme fait, il faut arrêter de procéder avec des tâtonnements. Guy Mafuta suggère  l’institution d’une commission spéciale qui réunira tous les secteurs liés de près ou de loin à cette calamité.
Du côté réparation, Maître Guy Mafuta, en vrai juriste, pointe directement la plaie, nous sommes dans une situation où l’auteur de la pollution est déjà identifié, l’entreprise minière Angolaise  qui a causé ce crime peut aider la RDC à diagnostiqué la nature du liquide polluante et sa composition chimique pour aider la RDC à trouver des solutions appropriées a-t-il martelé.
Après toutes les étapes, la dernière serait de répertorier tous les victimes de la pollution  pour une réparation définitive a conclu l’Honorable Guy Mafuta, élu de Tshikapa.    

Par Gerard Lemba
Le Télégramme du Congo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments